Séminaire sur la levée des fonds

Mes notes de conférence couvrent 30 ans d’expérience à traiter et résoudre les questions financières, tant pour moi que pour les autres qui cherchent un moyen d’aller de l’avant en réponse à l’appel de Dieu.

1. La prière est fondamentale, d’abord et avant tout.

Votre support, ainsi que celui de beaucoup d’autres qui le donnent maintenant et durant la mission, sont essentiels. Les oeuvres qui sont accomplies par la foi portent la bénédiction de Dieu. La prière, dans toute ses formes, ouvre la voie qui permet à Dieu d’agir. Vous n’aurez peut-être plus rien à demander, si, suite à la prière, Jésus transmet la demande pour vous.

2. Ecouter Dieu.

Esaïe 55 est un chapitre de base pour apprendre comment financer les missions. Esaïe 58 est le manuel de la volonté de Dieu pour vous, de ce que vous devez faire, avec des promesses de miracles si vous suivez Sa voie. Lisez le discours sur la devise du Royaume, comment acheter des aliments et de la boisson sans argent, en utilisant une autre sorte de monnaie.

3. Ne remettez pas à plus tard – communiquez.

Informez votre église, informez les églises de votre région, informez qui vous le pouvez, d’une manière brève, concise et qui peut être lue en un coup d’oeil. Informez votre journal local et maintenez le flot d’information par des courtes phrases qui captent l’attention du lecteur.

4. Faire un appel de capital ou invoquer le relâchement?

A mon avis, effectuer un appel de capital n’est jamais la question principale. Ce qui compte est d’arriver à déclencher le relâchement des fonds par la prière. La résistance spirituelle est toujours farouche parce que les finances constituent une veine jugulaire pour le flot de la vie et l’adversaire s’acharne à l’étrangler à mort.

5. Effectuer un appel de capital ou appeler les amis?

A long terme, c’est une question de réunir des amis et non seulement de rassembler des fonds. Les amis qui s’engagent avec vous resteront avec vous pour des années, peut-être deviendront-ils même des partenaires à vie? Donnez aux gens plusieurs façons de vous aider, non seulement de vous signer des chèques. Certains amis n’ont pas beaucoup d’argent mais ils vous donneront tout leur temps pour rassembler des fonds.

6. Rien de nouveau sous le soleil.

Demander des conseils, lisez, consultez, apprenez comment d’autres personnes ont réglé le problème avant vous, car il n’existe rien de nouveau sous le soleil. Obtenez les cassettes gratuites de Georges Verwer sur la question des “Fonds pour l’oeuvre chrétienne.” Lisez : “Servir en tant que pourvoyeurs » de Neal Pirolo pour des centaines d’idées. Personne n’en parle mieux. Visitez les pages d’Oscar sur la question d’obtenir du support. Lisez : “Comment déclencher des envois” de Pete Sommers (IVP, 1999), “Financez votre mission” de Scott Morton, Dawson Media (NavPress), 1999 et l’oeuvre classique sur le thème de rassembler des amis de Betty Barnett, YWAM publishing est brilliant. ISBN 0-92754-510-1. Examinez les sites concernant la question de réunir des amis. Visitez le site Funding the Family Business (Financez l’entreprise familiale) de Myles Wilson et achetez son manuel, excellent et exceptionnel.

Il existe un ouvrage unique sur la manière de recevoir et traiter les finances. Il est intitulé « l’Economie du Royaume » du pasteur Miguel Diez, le fondateur et directeur de Remar International en Espagne et dans 56 pays. Ce pasteur dévoué vous racontera comment il reçoit et gère des millions d’euros, entièrement consacrés aux pauvres, les veuves, les marginaux de ce monde et à la mission. Miguel Diez ne dit rien de bien sur les façons notoires d’abuser le nom de l’évangélisme pour créé une prospérité mal acquise, ou les dons scandaleux qui sont ramassés, dans les campagnes de prédication ou dans les églises. Il ne loue pas non plus les marathons à la télé qui font des appels de fonds, profondément embarrassants et scandaleux. L’auteur vous renvoie plutôt à la Bible et vous montre comment vivre dans l’abondance des provisions de Dieu. Le mode de vie publique et privé de l’auteur, ainsi que son oeuvre pour l’Evangile, servent à souscrire la vérité en ce qu’il dit et comment il vit.

7. Jetez votre filet sur les eaux profondes.

Ne craignez pas de présenter votre projet pour la communauté à des groupes non Chrétiens tels le Rotary, Lions et d’autres groupes de gens bienveillants. Tant que vous comptez apporter une aide à tous les candidats et non seulement aux Chrétiens, ils peuvent décider de vous aider sachant qu’une administration chrétienne est habituellement fiable.

8. Les prêches de la dernière minute ratent l’avion habituellement.

N’attendez pas la dernière minute. Donnez le temps pour permettre aux fonds de rentrer. Exprimez toujours vos remerciements. Donnez toujours des reçus. Ne dépenser rien par orgueil ou impatience. Evitez les dettes parce que personne ne les paiera pour vous.

9. La loi immuable du grain, du temps et de la récolte.

Semez les graines en toute générosité afin d’effectuer une récolte avec le temps. Cette loi divine du grain, de temps et de la récolte est fixée pour toujours. Revoyez Genèse 5:22 et 2 Corinthiens 9:6-15. Ceci est vraiment très, très important.

10. Soyez vigilants sur votre façon de dépenser.

La question, en fin de compte, selon Agée 1:4-11 est celle de saisir le contrôle de vos dépenses. On a beau recevoir des fonds de soutien pour la mission, mais si le monde va le dérober aussitôt qu’il est reçu, vous n’aurez pas accompli grand chose. Evitez les dettes, les centres commerciaux, les soldes et toutes les tentations qui viennent vous dévaliser comme des bandits des grands chemins. Evitez, comme un fléau, les cartes de crédit qui exigent des taux d’intérêt élevés. Revoyez votre façon de dépenser, et coupez-les sévèrement au besoin. Réglez les questions des dettes actuelles, trouvez des meilleurs taux d’intérêt, payez au plus vite les factures qui imposent des surcharges. Faites un budget et maintenez-le.

Les Norman

Le fondateur du trust DCI.

Support mondial de la mission depuis 1985.

Social Share Toolbar